Blog - Conseil-ecrivain

ParNicolas LORIOD

Comment va l’édition ?

Malgré des annonces alarmistes régulière, c’est une évidence : le marché de l’édition fait de la résistance en France (et ailleurs).

Bien que les lecteurs soient moins nombreux, moins assidus, en dépit de la menace de la consommation vidéo, le CA des éditeurs se maintient à 2, 792 milliards d’euros. Une baisse, certes, de 1.61% pour un volume de 430 millions de livres !

D’abord, c’est une question de contenu : la littérature fait toujours 22% du marché, suivi de l’enseignement (14,2%), talonné par les sciences humaines (14%), et la littérature jeunesse (12.8%)

Ensuite, le prestige du livre est  intact. Mieux, les ouvrages d’aujourd’hui sont toujours plus attractifs… Agréables à toucher et à lire notamment par des efforts visibles en maquettage, des couvertures soignées (vernis sélectif, embossage, etc.), de tous formats, avec des papiers de qualité supérieure.  D’ailleurs, le livre « objet » plaît toujours : un livre acheté sur trois est un cadeau.

De plus, le livre  résiste au piratage car la lecture sur liseuse, finalement, ne se généralise pas et ne vampirise pas les ventes.

Enfin, les ventes sont soutenues par une activité littéraire intense (certains diront hystérique). La rentrée littéraire, par exemple, lance d’un coup 600 livres nouveaux  (581 en 2017) en septembre.

Ce raz-de-marée génère 82% des ventes des livres qui sortent à ce moment jusqu’en Décembre (Alors que Janvier ne représente que  6% de ces même livres), soutenu évidemment, par les prix littéraires d’Octobre et Novembre.

Bref, il y a encore quelques beaux chapitres à écrire dans l’histoire de notre littérature.

ParNicolas LORIOD

Nous, on aime se mettre la pression

La pression, c’est aussi une formidable force motrice ! 😉