Archives de l’auteur Nicolas LORIOD

ParNicolas LORIOD

Un point, c’est tout !

De l’importance de la ponctuation.

A l’heure des sms et des mails envoyés à la vite-vite, la ponctuation n’a jamais semblé aussi importante pour être clair et précis dans son propos. Il en est de même dans les projets d’écriture que l’on nous propose de retravailler.

1- Le fond et la forme

Pour nous, écrivains-fantômes, le conseil primordial reste le suivant : « Il faut concilier le fond et la forme ». 

Le fond, c’est votre idée, vos arguments, votre histoire. La forme, ce n’est pas seulement la mise ne page ; c’est d’abord l’articulation entre vos phrases et vos idées. Donc, c’est la ponctuation. Chez conseil-ecrivain.com, nous insistons sur cette dimension essentielle d’un beau style.

2- Ponctuer, c’est quoi ?

La ponctuation est ce qui fait le lien entre vos phrases et, à l’intérieur de la phrase, entre vos groupes syntaxiques. 

Elle permet de lire et de comprendre un texte plus facilement. Quand on nous soumet un travail d’écriture en vue de conseils, notre regard de ghost-writers est clair : ce qui fait la différence entre un texte lisible et un autre que l’on doit lire et relire pour en comprendre le sens passe forcément par la ponctuation.

Un simple virgule peut modifier tout le sens d’une phrase.  Repensons à instant à ce bon Flaubert qui disait : « la plus belle femme du monde ne vaut pas une virgule mise à sa place ».

En cinéma aussi d’ailleurs, on parle des marques de ponctuation pour qualifier les choix de passage d’un plan à un autre.

3- La ponctuation au service du style et du propos

N’importe quel nègre littéraire/écrivain-fantôme vous le dira : ponctuer sert à donner du souffle à votre récit. 

C’est d’abord par les points, les virgules, les deux points etc, que vous mettez en relief votre écriture. A l’oral, la tonalité de votre voix, son rythme,  ses pauses, son intensité, permettent de cadencer  votre récit, de lui conférer une certaine intensité qu’elle n’aurait pas si vous étiez sur un débit monotone.

A l’écrit, ce sont les marques de la ponctuation qui jouent ce rôle. Aussi, rendez-vous compte à quel point elles peuvent porter une histoire, la rendre fascinante, intrigante… 

Quand nous lisons pour la première fois un projet, en tant que conseillers en écriture, nous remarquons en effet qu’un récit prenant dépend en grande partie de la qualité de la ponctuation.

4- En conclusion

Vous avez l’idée d’écrire ou bien votre projet d’écriture est déjà ficelé. N’hésitez pas à vous attarder sur la ponctuation, à sentir si elle rythme votre propos ou, plus globalement, si elle est cohérente avec le ton que vous souhaitez infuser dans le texte.

Évidemment, n’hésitez pas non plus à nous contacter pour avoir le regard de spécialistes de l’écriture et des conseils d’écriture. C’est notre rôle d’écrivain-fantôme que de vous donner en premier lieu un avis clair et impartial.

ParNicolas LORIOD

Faire appel à un écrivain-fantôme : quelles sont vos garanties ?

Vous souhaitez un coup de pouce dans votre projet d’écriture et vous envisagez de solliciter un écrivain-fantôme ou un prête plume ? Quelles garanties avant d’aller plus avant ?

Un devis clair

Comme disait mon garagiste : « quand c’est flou, y a un loup »… Alors, quand vous faites appel à un ghost-writer, la moindre des choses, c’est qu’il vous donne un devis précis, clair et fixe !

Confier un projet d’écriture à un écrivain-public / nègre littéraire n’a rien de banal ; aussi, à conseil-ecrivain.com, nous insistons bien sur la nécessité de nous mettre d’accord sur un prix. Sachez que nous cherchons toujours à équilibrer le budget des personnes qui font appel à nos services d’écrivain-fantôme et le temps passé à travailler sur le projet. Ecrire est notoirement long, et si nous facturions à l’heure, aucun livre ne serait possible tant il coûterait cher.

Un contrat

Une autre garantie à vérifier : le ghost-writer est « dans l’ombre », mais ce n’est pas pour autant qu’il  ne doit pas proposer un contrat. La relation entre le nègre littéraire et le client est contractuelle pour vous assurer une protection.

Imaginez que votre histoire vaille de l’or : si vous n’avez pas établi un contrat avec l’écrivain-fantôme, qui vous dit qu’il ne va pas récupérer le projet à son compte ?

Nous proposons également à conseil-ecrivain.com de bien vérifier les questions d’anonymat ; chez nous, cela passe aussi par un contrat qui cède les droits patrimoniaux du texte, et aussi au besoin par un accord de confidentialité (un NDA). Tout écrivain fantôme, comme son nom le suggère du reste, doit pouvoir vous garantir de sa totale discrétion. Ecrivain public ne signifie pas écrivain volubile.

Avancer pas à pas

L’écriture est un processus long. Surtout, il vous engage et l’on comprend tout à fait les hésitations que vous pouvez avoir à laisser tout le projet entre les mains de l’écrivain-fantôme. Il est bon de pouvoir s’approprier régulièrement ce qu’il rédige en votre nom, ne serait-ce que pour vérifier que cela « colle » avec ce que vous souhaitiez.

Il importe de pouvoir, à un moment ou un autre, suivre le processus d’écriture en cours. C’est là aussi une garantie que le ghost-writer vous doit.

Pour notre part, conseil-ecrivain.com propose d’avancer pas à pas, en partant sur le principe de diviser l’ensemble du projet en trois ou quatre étapes ; à chacune d’elle, lorsque cela est ok pour vous, la paiement déclenche la poursuite du travail. C’est une manière simple d’avoir l’assurance que l’écrivain public / nègre littéraire va bien dans votre sens.

Bref, « écrivain fantôme » ne veut pas dire « conditions ésotériques ». Tout doit être clair… et écrit !

ParNicolas LORIOD

L’autobiographie, objet littéraire bien identifié

Notre expérience d’écrivains prête plume et nos conseils-ecriture

Ma vie, cette œuvre

Notre activité de prête plume nous amène souvent à nous confronter à l’autobiographie. C’est un exercice intéressant. Intéressant, précieux que d’accompagner et donner des conseils en ecriture dans le cadre du récit d’une vie.

Ecrivain est un métier ou une discipline. Mais le premier des ecrivains, dans une autobiographie, c’est vous. Vous êtes l’écrivain qui met à jour son passé, ses expériences. Faire appel à nos services de conseil ecrivain, c’est vous aider, en tant que prête plume, à faire émerger ce qu’il y a en vous et/ou à lui donner forme.

Un genre ancien

Le récit d’une tranche de vie n’est pas nouveau. Dès l’antiquité, les hommes ont eu le souci d’écrire leur parcours. Ecrivain, Jules César l’est assurément lorsqu’il écrit La guerre des Gaules, mais cela relève davantage de l’oeuvre de propagande que de la mise à nue du rédacteur.

On considère que Les confessions de Rousseau constituent la première œuvre autobiographique au sens moderne du terme. Ecrivain, philosophe, libre penseur, Rousseau procède à une reconstruction de son passé et propose ce que le spécialiste de l’autobiographie Philippe Lejeune nomme le « pacte autobiographique », à savoir raconter la vérité, se montrant tel qu’il est, quitte à se ridiculiser ou à exposer publiquement ses défauts.

« Des mots valent mieux qu’une photo souvent… » Hemingway.

Au cœur de l’intime

Avec le développement des sciences sociales et psychologiques, l’autobiographie s’est davantage portée sur une quête de soi. L’écrivain se plonge dans le passé pour mieux se comprendre, comme une forme de reconquête de soi.

En tant que prête plume, nous avons conscience de cette dimension particulière. Ecrivains, nous savons que mettre par écrit son histoire, à la manière d’un Vincenot, est une vraie responsabilité ; aussi, nous sommes toujours honorés de pouvoir vous donner des conseils-écriture. C’est notre rôle de conseil ecrivain que de parvenir à la forme la plus aboutie d’un récit de vie.

Engagement du prête plume

L’écriture d’une vie n’a rien d’anodin lorsque l’on est conseil écrivain ; donner des conseils d’écriture, prendre en charge la mise en forme d’une vie font partie de nos missions de prête plume. Ecrivains à même de donner  des conseils ecriture, oui. Ecrivains engagés pour faire de votre passé un trésor, assurément.