Blog - Page 2 sur 8 - Conseil-ecrivain

ParNicolas LORIOD

L’autobiographie, objet littéraire bien identifié

Notre expérience d’écrivains prête plume et nos conseils-ecriture

Ma vie, cette œuvre

Notre activité de prête plume nous amène souvent à nous confronter à l’autobiographie. C’est un exercice intéressant. Intéressant, précieux que d’accompagner et donner des conseils en ecriture dans le cadre du récit d’une vie.

Ecrivain est un métier ou une discipline. Mais le premier des ecrivains, dans une autobiographie, c’est vous. Vous êtes l’écrivain qui met à jour son passé, ses expériences. Faire appel à nos services de conseil ecrivain, c’est vous aider, en tant que prête plume, à faire émerger ce qu’il y a en vous et/ou à lui donner forme.

Un genre ancien

Le récit d’une tranche de vie n’est pas nouveau. Dès l’antiquité, les hommes ont eu le souci d’écrire leur parcours. Ecrivain, Jules César l’est assurément lorsqu’il écrit La guerre des Gaules, mais cela relève davantage de l’oeuvre de propagande que de la mise à nue du rédacteur.

On considère que Les confessions de Rousseau constituent la première œuvre autobiographique au sens moderne du terme. Ecrivain, philosophe, libre penseur, Rousseau procède à une reconstruction de son passé et propose ce que le spécialiste de l’autobiographie Philippe Lejeune nomme le « pacte autobiographique », à savoir raconter la vérité, se montrant tel qu’il est, quitte à se ridiculiser ou à exposer publiquement ses défauts.

« Des mots valent mieux qu’une photo souvent… » Hemingway.

Au cœur de l’intime

Avec le développement des sciences sociales et psychologiques, l’autobiographie s’est davantage portée sur une quête de soi. L’écrivain se plonge dans le passé pour mieux se comprendre, comme une forme de reconquête de soi.

En tant que prête plume, nous avons conscience de cette dimension particulière. Ecrivains, nous savons que mettre par écrit son histoire, à la manière d’un Vincenot, est une vraie responsabilité ; aussi, nous sommes toujours honorés de pouvoir vous donner des conseils-écriture. C’est notre rôle de conseil ecrivain que de parvenir à la forme la plus aboutie d’un récit de vie.

Engagement du prête plume

L’écriture d’une vie n’a rien d’anodin lorsque l’on est conseil écrivain ; donner des conseils d’écriture, prendre en charge la mise en forme d’une vie font partie de nos missions de prête plume. Ecrivains à même de donner  des conseils ecriture, oui. Ecrivains engagés pour faire de votre passé un trésor, assurément.

ParFranck LUCEA

Trouver le bon prête-plume


Même si les moteurs de recherche ont considérablement facilité la tâche des internautes, trouver un écrivain fantôme fait encore problème… Pour quatre raisons que nous allons lister dans cet article. 

Tous ces noms pour une profession discrète ! 

La première difficulté, déjà plusieurs fois évoquée sur ce site, tient au nombre de mots désignant la profession. Nous trouvons : prête-plume, conseiller en écriture, écrivain-fantôme, écrivain discret, plume de l’ombre, écrivain privé, rédacteur ou encore nègre littéraire (pour ce dernier, bien qu’il ne soit plus accepté par l’Académie française, son usage demeure). Avec en plus, parfois des tirets, parfois pas ! 

Les moteurs s’en mêlent

Deuxième difficulté : les moteurs de recherche indiquent aussi bien les articles et les pages  traitant du sujet que les sites proposant ces services. 

Par exemple, si vous faite une requête sur « écrivain fantôme », votre moteur de recherche vous envoie sur Wikipedia puis sur un article de France info !

Comment chercher efficacement ?

Troisième  difficulté : Procéder à la bonne recherche… ( Mais bon, si vous lisez cet article, c’est que vous avez réussi à trouver un site de nègres, rédacteurs et prête-plumes ! )

Les requêtes les plus fréquentes sur Google sont : 

prête-plume tarif ,
ecrivain fantôme tarif,
trouver prête-plume,
écrivain-fantôme le film (et oui, certains veulent voir : Ghostwriter…. 😉 )
trouver un prête plume,
rechercher un prête plume,

Nous vous conseillons de mettre plusieurs mots clés (« rédacteur / prête-plume » par exemple). Et de ne pas mettre de localisation. C’est un travail qui se fait très bien à distance. 

Toutes ces plumes !

Quatrième difficulté : l’offre est devenue pléthorique. Comme aucune qualification particulière n’est requise pour devenir prête-plume, vous trouverez des  sites de professionnels comme de complets amateurs (voire même des plagiaires ! Pour la petite histoire, l’un d’eux a presque intégralement paraphrasé notre site précédent.) 

Et là, nous vous conseillons le feeling… Après un premier contact, sentez-vous un interlocuteur à l’écoute ? ses conditions sont-elles claires ? sa façon d’aborder les choses vous convient-elle ? Si oui… lancez-vous !

Quel que soit le nom que vous nous donniez, (prête plume, conseiller en écriture, rédacteur ou écrivain fantôme…) chez conseil-ecrivain.com, nous sommes là pour mettre en mots vos idées ! 

ParFranck LUCEA

La fin du papier ?

« Les jeunes ne lisent plus ! », « les livres sont trop chers ! », « les encyclopédies sont mortes ! »… on entend toutes sortes de choses sur les livres.

Le livre est-il mort ? En tant que prête plume et auteur, je le regretterai… mais je ne crois pas tant il conserve des atouts :

  • N’importe quel livre durera plus que votre MacBook.
  • N’importe quel livre a un meilleur bilan carbone qu’un film sur Netflix.
  • Le livre ne s’impose jamais à vous, il vous attend.
  • Vous trouverez toujours quelque part dans le même livre, un sens nouveau.
  • La narration sera toujours prisée des hommes, quel que soit le support.
  • On disait déjà que les enfants ne lisaient plus dans les années 90… juste avant les 300 millions de vente d’Harry Potter.
  • Le livre délasse plus de la fureur du monde que n’importe quoi d’autre.
  • Un film de Science Fiction de quinze ans est dépassé, ridicule avec ses effets datés, presque impossible à regarder. Un roman d’un siècle vous emporte comme un rien.
  • Les romans touchent à l’universel, les vidéos attendent la coupure pub.
  • On offre encore des livres. En effet, c’est un cadeau.
  • Seul le roman s’offre le luxe du temps.
  • Même mauvais, le livre est utile : le papier est compostable. 😉
  • Cela reste le moyen le plus fiable de transmettre sa pensée, sa vie, son vécu, ses idées.

Bref, des tas de gens ne lisent plus, c’est indiscutable. Ce n’est pas appelé à durer. Le livre, la narration, l’écrit resteront et reprendront de la force d’ici quelques années. C’est inévitable.
D’ici là, nous autres, les prête-plume, auteurs de l’ombre, écrivains fantômes, avons encore de belle pages à écrire !